L'exposition

Le prêt de la Vierge à la rose de Raphaël du Museo del Prado au Théâtre-Musée Dalí dans le cadre du projet d’exposition « En tournée à travers l’Espagne », organisé par le musée madrilène à l’occasion de son Bicentenaire, constitue le point de départ de l’exposition Dalí-Raphaël, une longue rêverie. Ce titre reprend une formulation utilisée par Dalí dans 50 secrets magiques, le traité de peinture qu’il publie en 1948, dans lequel il revendique l’importance de la technique et de l’art de peindre.

Depuis les premiers tableaux jusqu’aux productions des dernières années, l’œuvre du peintre de Figueres est truffée de références à Raphaël et à la Renaissance. Elles lui permettent de revendiquer l’importance de la tradition et son statut d’artiste de qualité à l’égard de ses contemporains.

Pour mieux mettre en lumière cette affinité entre Dalí et Raphaël, nous présentons dans cette exposition L’Assomption de sainte Cécile. Ce tableau de Dalí est accompagné pour la première fois d’un matériel d’atelier qui permet de mieux comprendre le processus de création de l’artiste.  À travers des images de ses ateliers, comme ceux de Portlligat et de Monterrey, photographiés à différentes époques, ainsi que des ouvrages qu’il a utilisés pour l’élaboration de ses travaux et qui sont conservés au Centre d’Études Daliniennes, nous pouvons mieux appréhender le processus de création d’une œuvre en particulier : L’Assomption de sainte Cécile.

Enfin, avec cette exposition, nous accomplissons surtout l’un des souhaits de Salvador Dalí : voir l’une de ses toiles accrochée aux côtés d’un tableau de Raphaël.

L’Assomption de sainte Cécile

Peinte dans l’atelier de Portlligat aux alentours de 1955, cette œuvre fait partie d’une série de tableaux très empreints de classicisme dans lesquels Dalí se réfère également à la physique nucléaire et au thème de la discontinuité de la matière.

L’interprétation de la Sainte Catherine d’Alexandrie (c. 1507) de Raphaël en termes mystico-nucléaires témoigne du talent de Dalí à s’exprimer au moyen de nouveaux langages, suivant en cela l’exemple des grands maîtres de la peinture, et surtout de son désir de devenir classique. Dans le tableau de Dalí, le personnage de la sainte est fait de formes qui rappellent la corne du rhinocéros, un élément traditionnellement considéré comme un emblème de pureté et de chasteté. Dans le même temps, Dalí ne tourne pas le dos au paysage qui a tant influencé son œuvre, à la géologie des montagnes et à la mer qui devient ciel ou au ciel qui devient mer, dans une confusion volontaire.

Voir la fiche technique de l’œuvre

Video

« Mais je veux bien croire que votre tableau a résisté à toutes les épreuves et à d’autres encore, comme par exemple à celle, si fascinante, qui consiste à vous le représenter, longuement en imagination, accroché dans un musée à côté de l’un de vos Raphaël préférés. »

Salvador Dalí, 50 Secrets of Magic Craftsmanship, 1948

L'exposition en images

  • Rafael Sanzio, Vierge à la Rose, c. 1517. © Museo Nacional del Prado. Madrid
  • Salvador Dalí, L'assomption de sainte-Cécile, c. 1955. Fundació Gala-Salvador Dalí, Figueres. © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí, Figueres, 2018
  • Publifoto, Le tableau L’Assomption de sainte Cécile de Dalí aux côtés de la reproduction de la sainte Catherine de Raphaël dans l’atelier de la maison de Portlligat, c. 1955. Publifoto
  • Brassaï, Salvador Dalí peignant L’Assomption de sainte Cécile dans l'atelier de Portlligat, 1955. © Estate Brassaï - RMN-Grand Palais. © Estate Brassaï - RMN-Grand Palais. Droits d'image de Salvador Dalí réservés. Fundació Gala-Salvador Dalí, Figueres, 2018
  • Calque pour le visage de L’Assomption de sainte Cécile. © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí, Figueres, 2018
  • Salvador Dalí, intervention sur une page du livre Raphaël, Phaidon, Londres, 1948. © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí, Figueres, 2018
  • Raphael, Hyperion, New York, 1941
  • Salvador Dalí, intervention sur une page du livre Raphaël, Hypérion, New York, 1941. © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí, Figueres, 2018
  • Salvador Dalí, page du manuscrit de 50 secrets magiques  : tableau d’évaluation, c. 1947. © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí, Figueres, 2018
  • Melitó Casals, Salvador Dalí dans son atelier de Portlligat, c. 1958. © Melitó Casals "Meli"/ Fundació Gala-Salvador Dalí, Figueres, 2018. Droits d'image de Salvador Dalí réservés. Fundació Gala-Salvador Dalí, Figueres, 2018
  • Les Waldman, Portrait de Salvador Dalí, s.d. Les Waldman. Droits d'image de Salvador Dalí réservés. Fundació Gala-Salvador Dalí, Figueres, 2018

Boutique

Découvrez la boutique officielle des Musées Dalí. Vous trouverez une grande variété de produits originaux et exclusifs: livres, bijoux, accessoires, tshirts…

Pourquoi visiter cette exposition?

  • « En exposant côte à côte dans la même salle la «Vierge à la rose» de Raphaël et «L’Assomption de sainte-Cécile» de Dalí, nous réalisons l’un des rêves les plus chers du peintre de Cadaqués. Cette exposition nous parle d’admiration pour la Renaissance, d’intérêt pour la physique atomique et d’union entre sentiments religieux et progrès scientifiques. Dalí s’adresse au passé pour anticiper le devenir. » Montse Aguer Directrice des Musées Dalí
  • « Les photos de Dalí au travail, ainsi que les livres portant ses empreintes et l’encre qu’il utilisait nous font remonter le temps jusqu’aux moments de création de l’artiste. » Lucia Moni Coordinatrice du Centre d’études daliniennes
  • « Le matériel de l’atelier, les dessins griffonnés dans les livres et les divers éléments qui montrent comme Dalí travaillait nous plongent une fois de plus dans la vie et la minutie de l’artiste. » Fiona Mata Coordinatrice du Centre d’études daliniennes

#DalíRafael